Noël en Alsace (suite Route des vins)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Noël en Alsace (suite Route des vins)Noël dans ma belle-famille Alsacienne (suite de La route des vins) Petite histoire demandée et attendue …suite de celle de « La route de vins » Nota : Petit rappel purement esthétique•Moi : Estelle, une simple femme de 39 ans, maman de 2 enfants, 1.58m, 51kg et un joli 90b pour une taille 34…•Mon Mari : Sam, plus massif… 1.73m et 90kg, un peu de ventre mais large d’épaules avec des yeux gris bleus magnifique… (Je m’égare).•Mon beau père André,1.70 , 67ans, un peu chauve au-dessus et un peu rond du ventre, très gentil…•Le bucheron, le voyeur chanceux et le voisin de André, 1.80 au moins, 100kg certainement, barbu mal rasé, dans les 65/70 ans aussi…Le quotidien de la vie nous a rejoints. Le boulot, le stress et la routine ont repris leurs places dans nos petites vies de citadins…Les semaines se suivent, et malheureusement se ressemblent…toujours et encore…Sam dans son étude d’architecte à courir entre les chantiers et moi dans mon cabinet juridique cavalant entre bureaux de notaire et palais de justice …Les enfants, eux, sont toujours hyperactifs mais (heureusement) consciencieux à l’école ce qui nous rassure pour leurs avenirs scolaires. Bref, nos jours se déroulent tranquillement en attendant les prochaines vacances méritées ou des moments libres le week-end pour se retrouver en famille et entre amis…La vie est paisible dans notre petit appartement, Sam et moi sommes toujours très proches, bien que notre aventure mémorable de l’été a éveillez entre nous quelques tensions et disputes mais aussi des interrogations sur nous-même, nos désirs et nos fantasmes. Par chance, notre couple n’a pas explosé comme pour certains ayant vécu cela. Notre force et notre complicité, nous a même rapprochés davantage… Aujourd’hui tout va bien, plus unis que jamais et nous en rions parfois sous la couette, lui me demandant si j’oserai recommencer une exhibition et moi le taquinant d’oser le faire sans lui ou devant lui… (Chose que je ne ferai jamais et il le sait bien)…Bref la vie se passe, notre couple est serein et notre famille s’épanoui… avec notre petit secret intime.Chez nous, à Paris, et dans notre quotidien, nous vivions dans un microcosme agréable, nos voisins d’immeuble sont tous des amis et chaque tranche d’âges se côtoie librement et sans jugement. Dans notre immeuble, c’est une petite famille reconstitué et nous nous y sentons tous bien.Il y a Thomas l’étudiant loufoque et gothique de 26 ans qui n’en fini pas d’étudier et de fumer… Diane et Serge nos voisins du dessous (la quarantaine comme nous) venant de la région PACA avec leur fille Audrey (8 ans), et avec qui nous sommes très proche (grâce aux enfants mais aussi par notre tranche d’âges) et enfin il y a aussi Mathilde et Mireille (nos mamies gâteaux) … nos 2 ainées de plus de 75 ans, dont l’une est toujours célibataire et l’autre veuve depuis quelques années maintenant.Bref une petite communauté tranquille dans notre immeuble avec qui nous partageons beaucoup de choses en hiver comme en été dans notre cour commune.Depuis notre retour, les soirs d’été se passent vite, les barbecues entre voisins s’enchaînent et ont vite raison de notre stock de vins alsacien mais aussi des spécialités de chacune des régions des autres locataires…L’ambiance festive des derniers beaux jours favorisent évidement les rapprochements, les rires et la cohésion de notre immeuble, mais aussi les ragots et petits potins de chacun. Ainsi et malheureusement, nous apprenons que le couple de Diane et Serge semblerait être sur le déclin, suite à une infidélité de l’un des deux… (Mais lequel ?)Une partie de la réponse arrivera la semaine suivante, au détour d’une conversation, Sam apprendra que notre étudiant de choc en serait la cause lors d’une soirée privée chez eux…. Mais malheureusement sans plus de détail…ce qui alimente toute sorte de rumeur de voisinage sous le manteau…De mon côté, curieuse et très proche de mon amie Diane (lorsque que l’on devise pour des recettes ou sur nos enfants) j’essaie d’en savoir un peu plus mais elle ne semble pas enclin à se livrer sur son couple et le malaise qui s’installe depuis ce soir la…Ce n’est qu’en fin septembre, en pleine nuit, ou nous dormions fenêtre ouverte a cause de la chaleur, que nous entendons une dispute entre Diane et Serge et la vérité sur l’infidélité qui explose leur union.Les sanglots de Diane, et les menaces de Serge emplissent la cour communes depuis leur fenêtre, et dans le silence de la nuit nous découvrons avec stupeur, que Thomas, le jeune étudiant aurait eu plusieurs fois des rapports avec Serge dans les locaux techniques de l’immeuble en échange d’argent (sans doute pour se payer sa fumette)….Sam et moi sommes stupéfait et amusés d’imaginer Serge et Thomas ensemble. (2 hommes aux physiques un peu opposés). Nous écoutons la querelle du couple avec une attention mais ressentons de la peine pour la pauvre Diane qui subit les reproches et l’humiliation de son mari fautif.Serge : « Pauvre idiote… petite bourgeoise… tu es nulle et grosse… je préfère encore baiser un mec que devoir te toucher toi… tu es insensible et inutile ! Tu ne me rends pas heureux ! J’ai besoin de plus ! Tu es n’es qu’une coincée du cul…Diane :(en pleure) Mais je ferais ce que tu voudras… ne pars pas… je t’aime… je ne veux pas te perdre… Pense à notre fille… J’accepterai tes fantasmes…et tout ce que tu veux… je coucherai avec vous 2 comme tu le voulais … Ne pars…Serge : C’est trop tard. J’ai trop de fois attendu. Maintenant j’en ai marre de vivre avec une bonne sœur… je me tire !»La dispute se poursuit un moment encore dans la nuit, des verres se brisent, puis la porte claque, laissant Diane dans son appartement en larmes et seule…En moi-même, je la plains et j’hésite à descendre pour la réconforter … même si je ne peux pas totalement donner tort à Serge sur le plan sexuel de Diane qui est pour nous une catho coincée modèle xxl…Sam à côté de moi, me tient la main, et me regarde complice… partageant la peine de cette pauvre femme …. Et hésitant aussi à intervenir… mais, nous n’en avons aucun droit. Il s’agit de leur vie…Je reste triste pensant à leur petite fille qui doit subir cette situation difficile…Sam : « Heureusement que ce n’est pas nous…Moi : Oui la pauvre… tu penses qu’elle va s’en sortir ? Qu’il reviendra ?Sam : Je n’en sais rien. Je ne le croyais pas si désespéré au point d’être devenu homo non plus… même si comme lui j’admets que sa femme est une belle coincée du cul….Moi : Oui, c’est vrai… je plains la petite Audrey dans tout cela…Sam : Oui c’est certains… avec une mère prude et un père gay… la pauvre…Moi : Et…. Tu crois que je suis pareille, moi …. ??? Comme elle ?Sam : Mmmm je ne sais pas… parfois oui, et parfois non.Moi : Comment cela ?? Tu me trouve si coincée ??? Tu me quitterais pour cela ? Ou pour un mec ?Sam :(riant) peut être… à toi de me prouver que tu me mérites…Moi : hooo espèce de … tu vas voir !!!»Malgré la situation, mon chéri me pique au vif et par défi (Ou par peur de devenir comme elle) je me jette sur lui pour l’embrasser et nous commençons à faire l’amour au milieu du lit. Dans la moiteur de la nuit, nous oublions la pauvre Diane à l’étage du dessous certainement effondrée sur son sort.Rapidement les mains de Sam glissent sur mon débardeur et m’att****nt les seins, tandis que je lui retire son slip pour le mettre à nu dans cette bagarre érotique improvisée.Devant moi, son sexe est déjà bandé, et je souri de le voir en forme et à ma disposition…Taquine, je le prends en main et le caresse… tout en le fixant des yeux, le regard taquin…Moi : « Et maintenant ? Je suis toujours une coincée ???Sam : heu … oui… »Nous rions ensemble et je réponds a sa provocation en lui tirant fortement sur la queue pour le faire crier… sa main m’écrase le sein à m’en faire mal aussi… mais la douleur augmente notre envie…Doucement, je relâche mon étreinte pour le soulager et place mon visage près de lui… Son gland rond au bout des lèvres, je lui lance un dernier regard, joue du bout de ma langue sur son frein et sa tige avant de le prendre en bouche avec appétit…Son sexe est gros et fort, rapidement il me remplit la bouche et je sens qu’il palpite sous les caresses de mes succions… je monte et descend doucement, mes lèvres le serrant plus ou moins fort… j’entends son souffle de plaisir et sa main se pose sur ma tête pour me guider…La v******e de la bagarre du départ laisse place à la volupté de nos désirs.Durant quelques minutes, ainsi, je le suce, le lèche, glisse ma langue autour de la corolle du gland délicieux ou le long de son mat veineuse… je joue sur lui, je le domine avec un regard malicieux pour le provoquer encore davantage …Parfois même sans qu’il me le demande je me force à le prendre en entier… glissant jusqu’à ma gorge son pieu d’amour, mon menton coller a son ventre ou ses couilles…je le lubrifie copieusement…mais le garde en éveil…Sam : « Mmm… Tu suces vraiment bien… je retire ce que j’ai dis… tu n’es pas une nonne… tu es une petite cochonne…Moi : J’espère bien que tu retires ton jugement….car moi aussi je pourrais me plaindre de toi… gros prétentieux passif…Sam : Comment ça passif ? Attends, tu vas voir… »Piqué a son tour dans son égo, la bagarre reprend un peu, mon chéri se redresse sur le lit…et je reste à genou devant lui… il me tient la tête encore une fois et me force à le sucer avec plus de v******e qu’avant… mes mains sur ses cuisses pour garder l’équilibre, je me laisse baiser la bouche un moment, limitant la profondeur de son membre dans ma gorge… Sam : « Regarde-moi… regarde-moi petite salope… Tu aimes ca hein…c’est qui maintenant qui domine ? Suces moi… petite vicieuse »Instinctivement (et amusée) je lève mes yeux un peu larmoyant et le fixe du regard… la bouche pleine de lui, il soupire fortement et me regarde soumise à sa force… Proche de l’orgasme, il se retire et me permet un peu de respirer… sa queue luisante de salive devant mes yeux est belle et tendue à son maximum…Sam : « Attends… Je n’en ai pas encore fini avec toi… »En effet, la pause est de courte durée puisque mon chéri m’att**** le bras et me retourne pour me placer 4 pattes sur le matelas. Je n’ai pas le temps de réagir, que déjà il est derrière moi….Sans précaution, sans tendresse, il écarte ma culotte et place sa bite contre ma fente toute mouillée et excitée.J’aime sa virilité, sa puissance et sa maitrise de mon petit corps…Son sexe dur glisse sur moi… son champignon frottant ma vulve palpitante et allant jusqu’à mon œillet fragile…En 3 / 4 mouvements, je gémis de ses caresses contre moi… ses mains dans mon dos me touchent et me creusent les reins pour faire tendre ma croupe vers lui…Puis brusquement il me plante son chibre dans le ventre, m’arrachant un cri de surprise et de plaisir…Les jambes à demi ouverte, en levrette, il me baise, me besogne et me bourre la chatte comme un fou…. Son gland frappe le fond de mon ventre et me remplis totalement…les vagues de plaisir dans mes reins sont intenses et je me laisse prendre comme la salope qu’il aime faire de moi…Moi : « Douc… doucement…. Sam… arrêtes…Sam (continuant à me pistonner) Quoi… ?Moi : Ahhh , Sam.. Doucement… aie… tu me…Ahhh… tu me démonte là…Sam : Ce n’est pas ce que tu veux… ?Moi : aie… ahh si mais…. ahhSam : alors encaisse ma bite… tais toi, tu es à moi…Moi : Ahhh aie… Sam… aïe… »Accroché fermement à mes hanches il s’active fortement en moi, claquant son ventre contre mes fesses ou me tirant les cheveux… mes seins qui se balancent en cadence sous moi sont à la limite de l’expulsion de mon débardeur… je le sens en moi, large et puissant, dominateur et merveilleux… mon plaisir augmente à chaque pénétration douce, forte et profonde. Pour étouffer mes gémissements, je plonge la tête dans un coussin et me laisse transporter par le plaisir et la douleur…. Nos corps l’un dans l’autre, nous ne faisons qu’un…Je tends la main en arrière parfois, pour le repousser mais je sais bien que cela n’aura aucun effet tellement son sexe énorme m’ouvre et me déchire le ventre….Dans une ultime poussée, dans un cri a****l… Sam explose enfin en moi… remplissant mon vagin et mon utérus de son foutre épais et brulant…Mes reins tremblant par son intensité, j’explose presque simultanément et nous partageons notre orgasme ensemble…Epuisés, luisant de sueur, nous nous écroulons sur le lit… heureux et essoufflés par cet amour intense et merveilleux.La chatte en feu, son sperme déborde de moi et m’oblige à aller me nettoyer dans la salle de bain…Les jambes tremblantes… j’avance doucement pour ne pas tomber dans le noir, tandis que mon chéri s’essuie la queue dans un mouchoir…Ce soir là… inutile de dire que nous avons ensuite dormi rapidement….Deux jours plus tard, en rentrant du travail, je croise Mireille dans la cours et celle ci m’interpelle….Elle : « Estelle, Estelle… vous avez entendu l’autre nuit ?Moi (incrédule) : Quoi donc…. :?Elle : Madame Diane… son Serge, il l’a trouvé avec un autre homme chez eux…Moi : comment cela ?Elle : oui, il semblerait que c’est Thomas, le jeune…. Ils se sont disputé longtemps avant que son mari ne claque la porte… vous n’avez rien entendue ?Moi :(gênée et détournant le sujet) heu .. ben non… j’avais pris des cachets pour dormir ce soir là… j’avais la migraine a cause de la chaleur….Elle : Étonnant, car ils ont fait pas mal de bruit… et juste après me départ de Serge…le Thomas il est allé consoler la Diane…Vous n’avez rien entendue ?Moi : Non vraiment pas… je demanderai a mon mari si il a vu ou entendu quelque chose…Elle : et puis .. Après. Ce n’est pas tout… le Thomas il a fait sa fête a la Diane. Que je l’ai entendue crier et leur lit cognait contre le mur tellement il lui a mis fort…Moi : hoo voyons quand même pas…Elle : Si si, je vous assure… ils ne se sont pas gêné pour refaire ça…Moi : Je ne sais pas… je suis étonnée de Diane…. Elle : Nous aussi… une si gentille femme… tombée dans de telle débauche avec un petit jeune délinquant… moi ca me… fais de la peine….je vous dis..Moi : je comprends… mais bon je ne jugerais pas trop vite… je dois vous laisser madame Mireille… j’ai encore des courses à faire… bonne soirée ..Elle : oui bien sûr… le bonjour à votre époux. Vous êtes si gentil vous… »La honte et le rouge aux joues. Je m’enfuie de cette délicate situation… laissant la pauvre Diane prendre toute les responsabilités et une réputation peu flatteuse…Bref, le soir venu je raconte l’histoire à Sam et nous en rions encore…Puis le temps passe, Diane et Serge semble séparé à présent, et nous les voyons moins dans la cours commune… Seuls les enfants jouent encore ensemble, mais la petite Audrey ne parle pas de la situation de ses parents…Fin octobre… La fin de semaine approche, Sam travaille sur un chantier et moi je rentre des courses pour le dîner. Soudain, le téléphone sonne…A l’appareil, je ne reconnais pas tout de suite, mais une femme pleure….Et demande à parler à Sam…C’est Angèle, ma belle-mère, André a fait un accident cérébral et est hospitalisé…Elle voudrait prévenir Sam pour qu’il vienne rapidement à son chevet…Évidemment sous le choc, les larmes me montent aux yeux et j’appelle Sam sur son portable pour l’informer de cette terrible nouvelle. Le soir même, après moultes échanges téléphoniques, Sam prend la route pour les rejoindre. Tandis que je reste à l’appartement avec les enfants pour l’école et le travail.Sam sera 2/3 jours sur place… le temps que son père rentre dans sa maison…A son retour, évidemment toutes nos discussions tournent autour de cela… et nous décidons de changer notre programme pour retourner les voir à Noël. Mes parents compréhensifs et informés, nous soutiennent moralement et nous proposent de garder nos enfants si nous souhaitons passer du temps dans l’autre famille pour les fêtes…Cette idée nous semble parfaite et nous l’acceptons…. Ainsi les enfants ne fatigueront pas leur grand père malade et auront tout de même un Noel en famille. 14 décembre, A la gare, mon père nous attend pour emmener nos enfants dans leur maison de campagne. Sam et moi, un peu triste sur le quai, les embrassons et leur promettons de nous appeler souvent et de venir pour le nouvel an. Nous nous saluons tous avant de prendre chacun notre chemin le cœur serré.A la maison, Sam prépare nos valises en silence, dans ses yeux je peux lire ses inquiétudes (lui qui est tellement proche de son père), et je n’aime pas le voir ainsi. Le soir, dans le lit, je me serre contre lui… je le caresse et cherche à le rassurer simplement par ma présence.On s’embrasse doucement et délicatement… ses mains sur mon corps me donnent le frisson et je me laisse faire pour son plaisir…Sur un sein, puis sur mon ventre, il embrasse mon corps dans l’obscurité de la nuit. Tremblante et excitée, je me laisse porter par son désir, m’offrant totalement a lui…. La volupté et la lenteur de chacun de ses gestes amplifient la beauté du moment…Ses lèvres et ses mains courent sur ma peau… je reste immobile… disponible à ses envies… mon corps en attente et disponible …Mon ventre a chaud…j’ai envie de lui…Son visage entre mes cuisses, nous échangeons des regards silencieux… il nous est inutile de se parler pour se comprendre…Une main dans ses cheveux, je l’invite a déguster ma fente et mon bouton d’amour….Je me cambre, j’ondule … mon bassin l’accompagne à poursuivre ses vagues de frissons jusque dans mes reins. Je jouie … Dans un soupir, je me mords les lèvres en pinçant de ma main libre mon sein sous mon t-shirt de nuit. Sa tête contre mon ventre, sa langue me fouille et me tétanise….c’est si bon…Je suis épuisée et heureuse…. Lui, en forme, m’embrasse encore et remonte le long de mon corps. pendik escort Dans l’intérieure de mes cuisses, entre mes jambes, sur ma poitrine, je laisse glisser sur moi jusque dans mon cou…Son pieu venant contre ma grotte ouverte et luisante, je l’invite du regard à me pénétrer. Moi : « Viens … viens en moi… »Ma fente s’ouvre sous la pression de son sexe en érection…. Il progresse doucement mais sûrement en moi, ouvrant le passage jusqu’à me posséder entièrement.Dans la nuit, nous faisons l’amour… ses reins poussant en moi son désir…Il est intense et bon, je me sens si bien et si pleine de lui… en missionnaire, je lui tiens les fesses pour l’accompagner de toute sa longueur….Nos lèvres s’embrassent. Nos souffles s’accélèrent. Je le sens gonfler en moi et je me crispe sur lui. La sensation est sublime…chacun de ses mouvements de reins me fait gémir… Sam : (entre 2 va et vient): « Retire ton t-shirt…Moi : humm…quoi ?Sam : enlève ton haut… montre moi tes seins…Moi : Oui… »Difficilement je retire mon haut pendant qu’il continue de me prendre… puis seins nus sous lui, je l’observe prendre du plaisir… ses coups de queue sont plus puissant encore… m’arrachant de petits cris et me faisant un peu mal…Il me fixe… chaque coup de boutoir rayonne dans mon ventre et bouge ma poitrine en petite vague…Il est proche de l’orgasme, je le sens….Moi : « Reste en moi…Sam : mmm… non je veux t’honorer »A ses mots, et en 2 forts coups de reins, il se retire de ma chatte béante et explose sur mon ventre et mes seins… plusieurs jets de sperme me couvrent le corps et inondent mon nombril… je suis souillée par son foutre mais pour son plaisir je l’accepte. Il s’écroule sur moi, nu et transpirant… j’étouffe sous son poids… nous nous embrassons encore… puis le sommeil nous emporte. Nus l’un contre l’autre…Au petit matin, Sam est déjà dans la cuisine, préparant le petit déjeuner… Moi toujours nue dans le lit, je me lève encore souillée de sa semence qui a séchée sur ma peau…Apres une rapide douche… je le rejoins pour prendre un café et retourne dans la chambre pour changer les draps que je jette en boule près de la machine… (je les nettoierai a notre retour de voyage…)Dans la voiture, il est 9h00, le périphérique est déjà saturé mais qu’importe…la radio diffuse un peu de musique mais nous ne l’écoutons pas… nos pensées sont ailleurs.Je regarde par la fenêtre le paysage qui commence à défiler…La ville laisse place à la banlieue, puis la banlieue s’ouvre sur la campagne… Les paysages me rendent nostalgique, j’aime tant regarder la beauté de la verdure, les forêts et les cultures. Au loin la ligne bleue des Vosges se profile… nous sommes proche de l’arrivée… La lorraine et sa pierre jaune laisse doucement place aux grés rose des montagnes… les noms de villages commencent aussi à se compliquer et se germaniser (« heim » ou « bourg » en fin de nom) et nous jouons à celui qui trouvera le nom le plus long sur les panneaux…Après le col de Saverne, les vignobles semblent déserts, la terre semble nue et aride. La luxuriante verdure de l’été a disparue, et quelques arbres rouge de l’automne subsistent difficilement dans le frimât hivernal. Nous arrivons enfin, le petit village et ses ruelles familières, les décorations lumineuses aux maisons sont splendides et j’ai hâte de les découvrir de nuit…Certains habitants poussant même à créer des scènes théâtrales dans leur jardin en vue de Noël qui approche.Angèle, sur le perron de sa porte, nous accueille, et je la serre contre moi pour lui témoigner mon soutien et le plaisir que j’ai de la revoir… dans le salon, André est assis dans son fauteuil, il semble fatigué mais souriant de nous voir arriver. J’apprends qu’il a une légère paralysie du bras gauche suite à son attaque mais que progressivement il reprendra toutes ses fonctions…Seul bémol, la mémoire perdue ne lui reviendra pas ou du moins pas totalement…Les 3 premiers jours, nous les passons à discuter avec Angèle et André afin de prendre de leur nouvelles et connaitre les sources et conséquences de son malaise.André me semble toujours très normal et joviale mais parfois laisse paraitre des moments de silence ou d’absence… involontaire bien évidement… et je commence à avoir de la pitié pour lui alors qu’il n’aime pas cela…Sam aide ses parents au mieux, leurs rentrant le bois dans la grange ou près de la cheminée pour les soirs lorsque nous parlons tous ensemble et pour divers tâches ménagères plus lourdes.De mon côté je m’occupe des courses avec Angèle et elle se confie beaucoup à moi, me transmettant toute ses peurs au sujet de son mari et sur les possibles récidives…Bien sûr, je l’écoute et la soutien, pensant aussi à mon mari (leur fiston), à l’amour qui les uni comme celui qui m’uni a Sam. Je la comprends parfaitement et nous sommes très proche…Ce matin, Sam emmène son père au médecin pour son contrôle, de mon côté je pars avec Angèle pour les dernières courses et préparatif… et nous en profitons pour aller visiter le marché de Noel de Strasbourg… un des plus ancien de France depuis sa création vers 1570…Le spectacle de ce marché est féérique, les allées bondées de monde, les odeurs, les bibelots et autres stands de nourritures… Je m’émerveille devant chaque cabanon au pied de la cathédrale, en pensant à mes enfants qui adoreraient voir et gouter tout cela…Au retour, je place aux pieds du sapin quelques petits achats souvenirs de ce marché si particulier… parmi une multitude cadeaux qui sont disposés et prêt à être découvert dans la joie de la fête. Puis nous rangeons au cellier le reste des courses, Seule avec mes cabas (pendant qu’Angèle range ailleurs), je trie et range sur les étagères quelques conserves,… mais sentant une présence derrière moi, je me retourne et hurle de peur voyant en face de moi le visage souriant du bucheron de cet été…Moi :(hurlante) « HAAAA….que faites-vous là… ?Le bucheron : Ne criez pas, je suis le voisin…. Je suis Thierry, le voisin de André et Angèle… ne criez pas… je ne voulais pas vous faire peur…Moi : (en panique) Que… que faites-vous là.. ???Thierry : Je viens donner un coup de main à André parfois… je passais aujourd’hui car Angèle m’a demandé de venir…et comme le coffre de la voiture était ouvert et plein, je voulais ramener les paquets à l’intérieur, comme il m’arrive parfois de le faire… »En effet, dans ses mains, un sac rempli d’affaires et un pack d’eau le charge lourdement… toujours le cœur battant la chamade, je tremble de me retrouver face à lui… son visage et son corps massif a quelque centimètres du mien…Angèle :(arrivant en courant) “Que se passe –t-il ? Estelle ???Moi : Ça va, ça va…Thierry : C’est de ma faute… je l’ai effrayé sans le vouloir…Angèle : Ah j’ai eu peur…Estelle, pardon, mais c’est vrai que je ne t’ai pas prévenue, je te présente Thierry : notre voisin. Il m’aide pour les courses et certains travaux à la maison…surtout depuis l’accident de André… il est très gentil et serviable…Moi : heu …oui d’accord…mais quelle peur il m’a faite, je ne m’attendais a rien et il apparait comme cela…Thierry :(riant) Oui je comprends, veuillez encore m’excuser…Angèle : D’ailleurs Thierry et son épouse seront avec nous le soir de Noel, cela ne vous dérange pas ? Ils sont seuls cette année chez eux, et avec André (vu son état) je pensais que l’entourer de personnes qu’il aime lui ferai plaisir…Moi :(gênée) Ben, Heu. Non bien sur… bienvenue … pas de problème…Angèle : Bien… alors je vous laisse finir de ranger je retourne voir André… »Tournant les talons, Angèle me laisse seule face au colosse bucheron qui me fixe en souriant…Thierry : “Je suis désolé de vous avoir fait peur…. Mais … je crois qu’on se connaît n’est-ce pas. ?Moi :(paniquée) heu…Oui… oui… en effet, mais…Thierry : (se souvenant) Oui je me souviens, la clairière… la jolie coquine qui s’est offerte avec son mari… mais…chut… cela reste un secret…rassurez-vous… je ne dirais rien. (Dit-il en souriant avec un son regard pervers qui me fait frémir de honte et de peur)Moi : (tremblante) Dans ce cas… merci… ce fut une erreur ce jour-là…Thierry : une belle erreur alors… en tout cas merci encore… »A son tour, il quitte le cellier, et je m’écroule contre les étagères pour reprendre mon souffle et mes esprits… je suis en âge…Dans ma tête, milles pensées se bousculent…. Mon mari, André et maintenant le bucheron Thierry… tous seront à la même table que moi pour noël et je sens que la soirée sera sous haute tension…A son retour, Sam nous raconte les résultats des examens de son père qui sont très positifs et qui tendent vers une rémission progressive durant l’année à venir.De mon côté, j’ai hâte de lui parler en tête à tête de ma rencontre fortuite d’aujourd’hui… et lui annoncer que notre inconnu de l’été sera à notre table pour noël….Malheureusement, je suis arrêtée dans mon élan par Angèle qui fait l’annonce à ma place avec Thierry à ses côtés.Sam et moi nous nous regardons un instant l’air surpris, mais par politesse, Sam le salue et l’accueille tel un ami de la famille ou une vieille connaissance.De mon côté je reste discrète et en retrait… mais déjà je sens sur moi les yeux du bucheron avec l’envie de renouveler l’expérience de l’été…Le soir dans notre chambre, Sam me rejoint et nous parlons de la situation…Il me tient la main, me rassures et me cajole. Il me dit qu’il ne se passera rien… (« Sauf si tu le veux », dit-il en plaisantant d’un ton taquin). Certes la situation est cocasse, mais il y aura aussi la femme du bucheron ce soir-là et avec ses parents il ne peut rien m’arriver…Après 2 heures de discussions, je suis rassurée et sereine à nouveau… après tout ce n’est qu’une soirée entre voisin et un secret du passé : une aventure et un fantasme sans suite… et chacun saura se tenir à table pour que la fête et le repas se passe bien.Contre Sam, je m’endors dans le calme de la nuit… mes angoisses s’évanouissent et je n’ai plus peur de ce Thierry …Dans les quelques jours suivants, la présence de Thierry et son épouse chez André pour les préparatifs de la soirée est plus active, et je commence même à l’apprécier, les attentions que Thierry apporte (avec sa femme) à mon beau père sont charmante… Le jardin, la taille des arbres, il est une véritable aide pour notre famille et cela le rend moins rustre qu’il ne parait. Bref, nous faisons mieux connaissance et les jours se passent sans problèmes ni même allusion à un passé estival proche. André, de son coté, travaille sa mémoire et progresse vite avec son nouveau programme de rééducation… et cela nous fait plaisir de le voir ainsi…La veille de noël, toutes les femmes (Moi/ Angèle et Simone (la femme de Thierry)) sommes a table pour prendre le thé, papoter et s’organiser pour le lendemain, pendant que dehors, les hommes finissent les décorations et les guirlandes de noël.Le soir à la nuit tombée, sur un coup de tête, on s’organise une sortie en voiture pour tourner dans les villages pour voir les illuminations des maisons en compagnies d’André et Angèle qui nous parlent de chaque décor.J’aime tant la magie de noël. Les odeurs des gâteaux aux épices, de vins chauds, les couleurs et les lumières… c’est un moment de paix sur terre qui me fait toujours du bien, surtout partagé en famille.Au petit matin, Angèle et moi travaillons déjà aux plateaux et repas du soir… Sam et André installe la table, les couverts et aménagent l’espace dans le séjour…La soirée s’annonce riche en rires et en histoires…mais j’appréhende un peu le fait que nous ne soyons pas justes pour nous… et les enfants me manquent aussi.Durant l’après-midi, je m’accorde 1 heure de pause pour appeler mes parents, prendre des nouvelles des enfants et leur raconter la beauté de la région où nous sommes… je pourrais parler ainsi des heures mais la batterie de mon portable en décide autrement et je suis contrainte de raccourcir mes discours…Sam et moi embrassons nos bouts de choux à distance et leurs souhaitons de belles fêtes, pressés de les revoir dans quelques jours avec plein de surprise…Le soir approchant, je me prépare dans la salle de bain…prenant une douche rapide. m’épilant les dessous de bras et les jambes afin de pouvoir mettre la robe de fêtes asymétrique noire et courte que j’ai prévu et que Sam aime tant. Brushing, léger maquillage, je suis enfin prête et mon mari m’admire telle une cerise sur un gâteau de crème…Je lui souris et m’approche de lui pour l’embrasser délicatement, heureuse de cette soirée ensemble… Je me sens bien et le coquin glisse sa main dans la fente de ma robe pour me caresser l’intérieur des cuisses nues avant de remonter vers mon tanga en dentelle et effleurer le bord de mes fesses…Il me donne presque envie mais je l’arrête en lui montrant l’heure qui avance …Sam : « Tu es sublime… magnifique… tu me donne envie de toi…Moi : (souriant) On se calme mon chéri, on se calme… il faut y aller…Sam : Tu vas faire tourner des têtes avec cette robe ce soir… j’adore.»Délicatement il dépose un baiser dans le creux de mes seins puis me libère de son étreinte si douce…Nous descendons dans le salon, la table est mise, les bougies allumées, les décorations scintillent dans le sapin… et le feu de la cheminée disperse sa trouble clarté dans la pièce qui ressemble à un rêve…Angèle : « Hé bien, Estelle, tu es sublime… quelle jolie robe… j’envie ta jeunesse… Moi : Merci, c’est Sam qui me l’a choisi il y a quelque année…André : Elle te va à ravir… juste assez courte et ouverte pour voir la beauté et la peau douce d’une jolie jeune femme au coin d’un feu de bois.Angèle : (riant) Quel flatteur mon André… Occupe-toi plutôt des plateaux au lieu de l’embêter… »Inconsciemment je rougis à ses compliments, fière de faire un peu d’effet…Nous prenons doucement place, quand Thierry et Simone frappent à la véranda chargés de bouteilles de crémant et de liqueur pour la fin de soirée.Thierry : « Sam, aide moi s’il te plait, c’est lourd, il ne faudrait pas en casser une…Sam : Oui, tout de suite…Simone : Hé bien, qui est cette jeune fille ??? On aurait dû venir avec notre fils…mais il préfère rester avec ses copains… »Rougissant encore, je la remercie et l’aide à mon tour à porter la tarte qu’elle a préparé pour la soirée.Les hommes revenant ensemble…l’ambiance commence doucement avec un apéro dans la véranda…il est tout juste 18h45 et le soleil se couche sur l’horizon chargeant le ciel de couleur rose et orange de feu… la vue sur les montagnes est juste sublime et je me perds a admirer ce paysage.Apres 3 coupes, mon esprit commence un peu à tourner mais l’euphorie et l’ambiance est toujours agréable…Thierry :(s’approchant de moi) “C’est pour moi cette jolie robe ??? Vous êtes magnifique ce soir, cette robe vous dessine à merveille.Moi : (étonnée) heu…oui…enfin non. C’est juste une robe pour la soirée.André : Oui je confirme chère Estelle, vous êtes la plus belle ce soir… et je vous me ravissez le cœur de votre présence.Moi : Merci André vous êtes trop gentil… et je pense un peu pompette.André : Moi pompette, chère amie, j’en suis loin… d’ailleurs venez donc me resservir un verre… »Machinalement, je saisi une bouteille et me dirige vers lui pour le servir, mais plutôt que de tenir son verre en main, il le pose sur la table basse et profites que je me penche pour regarder la naissance de ma poitrine se découvrir dans l’ouverture de ma robe…Evidemment, la scène ne passe pas inaperçue aux yeux de Thierry, qui en fait autant afin que ma posture dure plus longtemps que nécessaire et qu’il puisse admirer la cambrure de mes reins, mon décolleté plongeant et ma courte robe qui remonte au ras de mes fesses.Je suis troublée, et l’alcool me tape un peu sur la tête, j’ai envie de rire de la situation mais je me retiens car leurs regards me déshabillent de plus en plus et cela me trouble.A table, je découvre que je suis placée entre les 2 sexagénaires : Thierry et André. Volontairement Angèle a décidé que nous nous placerions ainsi afin que personne ne soit à côté de son conjoint et que les amitiés et la convivialité se renforcent entre nous…Je suis un peu stressé durant tout le repas. Qui je l’admets est délicieux.L’entrée au foie gras, le saumon, les pains de campagnes et autres mignonettes sont un diner eux seuls. Mais sur moi, je sens les regards de mes 2 voisins qui ne se gênent plus pour contempler la peau claire de ma poitrine ou de mes cuisses partiellement découvertes par la robe qui remonte…. Bref je me sens un peu coincées entre eux qui profitent du repas autant que des charmes que je laisse voir.Le repas se déroule doucement et l’ambiance s’échauffe un peu dans les discussions. La politique étant leur principal sujet de conversation dans leur vie de retraités… Il est 22h30 quand nous finissons enfin le repas… Enfin, je quitte la table et file aux toilettes pour soulager ma vessie pleine de toutes les coupes et verres de vins que l’on m’a servis. Un brin de toilette face au miroir, je réajuste ma robe et ressert mon décolleté, me voilà prête pour un second round…Malheureusement, ce que j’ignorerai c’est que la soirée allait évoluer en soirée dansante. Sam, autant surpris que moi, m’invite à ne pas rester sur le côté, bien que mes escarpins me font déjà mal.Durant une demi-heure, je tourne et profites de la musique. Sam et moi partageons quelques Slows et rock, puis nous changeons tous de partenaires…André puis Thierry me prennent contre eux. Ils me serrent, parfois plus que de nécessaire mais sont de bons danseurs et je me laisse vite captiver. Malheureusement, ma robe ne résiste pas longtemps au rythme, et ses liens se relâchent doucement laissant mon corps se libérer et s’offrir progressivement aux regards masculins… Impossible de me réajuster, kartal escort leurs mains me tiennent, me touchent les reins, le ventre, parfois je sens une main glisser furtivement sur mes fesses…puis Thierry au détour d’un mouvement, (caché aux regards des autres danseurs) glisse sa main dans l’échancrure et me saisit rapidement un sein en soupirant.…Je n’ose bouger ou répondre… tellement l’acte fut rapide, je ne comprends pas ce qu’il m’arrive… L’alcool me tourne toujours la tête et la chaleur du feu de bois ne m’aide pas à avoir les idées claires. L’instant est passé, et j’ai l’impression de l’avoir rêver …André et Simone, fatigués, arrêtes la partie de danse, et nous en profitons tous pour un moment de pause sur les fauteuils du salon… André en face de moi embrasse sa femme mais garde un œil sur mes jambes à demi nues que je resserre immédiatement en ajustant ma robe qui remonte haut sur mes cuisses.Angèle, apporte un plateau avec de nouvelles coupettes de vins… afin de nous rafraichir. Et bien que je refuse, on m’impose de participer à leur toast.J’ai la tête qui me tourne, je suis saoule… complètement…André, voyant mon état euphorique s’approche de moi et me taquine un peu… Pour toutes excuses dans son défi, je suis forcée d’admettre publiquement qu’il tient mieux l’alcool que moi et l’embrasse en guise de respect et d’admiration.…Mais évidemment Sam me rappelle que son père ne peut pas boire d’alcool à cause de ses médicaments… « Estelle, que je suis cruche !!!»… me dis-je en moi-même… je me suis laisser saouler par un type qui faisait semblant depuis le début…Simone, affalée dans un fauteuil dans un coin de la pièce, ne semble pas fraiche non plus. Sa robe à fleurs est dans un triste état aussi, et son mari Thierry ne se gêne pas de lui caresser les épaules et un peu plus devant nous tous par-dessus le tissus. Elle ne réagit plus et se laisse bercer par la musique…Puis regardant l’heure, Angèle, nous invite à nous rapprocher du sapin afin d’ouvrir nos cadeaux … D’abord étonnée, je regarde Sam qui me dit que c’est une tradition d’offrir un cadeau aux personnes présentes lors du repas de noël…Bien évidement n’ayant pas prévu cela, je commence un peu à paniquer … mais Sam me rassures en m’informant qu’il a tout prévu cette après-midi en faisant les courses.Certains paquets sont très petits, d’autres très colorés, certains très grands et bien évidement certains sont pour nos enfants et nous devrons les rapporter à notre retour.André, en qualité de maitre des lieux et de cérémonie ouvre leur rituel et choisi un premier paquet, qu’il remet à Thierry.André :(en riant) « cher ami et voisin, voici pour toi…Thierry : Merci, il ne fallait pas … mais, ce sont tes jumelles de randonnée ?…André : Oui avec celle-ci tu pourras mieux observer la nature dans tes balades en forêt.» lui dit-il avec un clin d’œil non dissimulé.André : « Pour toi Simone, un livre sur les gâteaux régionaux car je sais que tu aimes en faire avec mon épouse. »André : (très sérieux) « Pour toi Sam, fiston, je te donne cette clef…. Et je t’expliquerai demain matin ce qu’elle ouvre… garde là c’est important »André : « Et enfin, pour Estelle, j’en ai 2 ! Car elle me ravi de joie, et qu’elle rend heureux mon fils… le premier c’est une autre clef (à garder jusqu’à demain), et l’autre c’est cette petite boite !»La boite en main, je suis au bord des larmes et l’embrasse, émue par la clef qu’il m’a remise ainsi que les belles paroles prononcées.Puis vient le tour de Thierry et Simone, pour Sam et moi-même ils nous offrent une caisse de vins… Pour Angèle, ils offrent un petit tableau fait par un artiste local représentant un coucher de soleil sur le château du Haut-Koenigsbourg.Pour André, il offre un séjour de 2 jours dans un hôtel SPA en Italie près du Lac de Come, pour se reposer et se retaper avec son épouse…Mes beaux-parents très touchés par cette délicate attention les enlacent chaleureusement.Viens ensuite notre tour, Sam s’approche de Thierry et Simone…Thierry : (en riant et en me regardant) « J’espère que c’est ce que je pense… !!! »Sam leur offre, un livre sur la vie et l’histoire de la ville de Paris et les endroits d’arts à visiter (puisqu’ils souhaitaient un jour s’y rendre).Thierry : « Ah, non, ce n’est pas à cela que je pensais… dommage. Mais ce soir est déjà un cadeau. » En me lançant un regard coquin…Enfin pour ces parents, Sam leur offre une croisière sur le Rhin de 10 jours, avec visites locales et remontée des écluses jusqu’en hollande.Encore une fois, en larmes, mes beaux-parents nous serrent contre eux et nous remercient chaleureusement…Très émue, j’en pleure avec eux, sans remarqué qu’André me tient par les reins et remonte ma robe à la lisière de mes fesses pour le regard de Thierry derrière moi amusé…Thierry : « Et si nous dansions à nouveau… » Dit-il en remettant un peu de volume à la musique.Simone et Angèle déclinent l’invitation des hommes en retournant à table, et je suis isolée entre eux, ne pouvant refuser de les accompagner …André : « Oui Estelle, vous êtes encore jeune vous et vous dansez bien, venez avec nous…Sam : Allez ma chérie, viens danser, ça ne sera pas long avant le dessert.Moi : Bon d’accord mais pas longtemps, j’ai la tête qui tourne et mal aux pieds.Sam : Tu es sublime dans cette robe, j’aime te voir te trémousser devant moiet eux… continues ma chérie…Moi :(choquée) Tu es saoul ?… Sam : Un peu, mais j’adore te voir les exister dans cette robe… je t’aime ! »Rapidement au milieu du salon, je suis entourée des 3 hommes… chacun me prenant les bras ou les hanches… A tour de rôle, je glisse entre eux, d’abord sagement puis plus caliente.On me fait tourner sur de la musique entrainante afin que ma robe virevolte naturellement autour de moi, laissant parfois voir la naissance de mes fesses et ma dentelle…La cadence est soutenue et je m’étonne moi-même de ne pas être encore tombée. Progressivement ils se rapprochent, me serrent et me touchent, les mains sont partout à la fois… sur mes reins, mon ventre et mes épaules, je sens que l’on m’effleure et mon corps s’électrise doucement avec la chaleur de la pièce et celle de l’alcool…Ma robe, doucement s’entrouvre ou remonte à nouveau sur mes reins. Mon regard cherchant Sam, celui-ci me sourit et apprécie la vision sulfureuse que je lui offre.Thierry devant moi, accentue encore un peu la chose en tirant sur la ficelle qui ferme ma robe, ce qui a pour effet d’ouvrir mon décolleté plus largement et laisse apparaitre mon soutien-gorge à la vision de tous… André et Sam me tiennent aussi les reins, puis je tourne, encore et encore…Les mains sont partout, mes fesses sont caressées discrètement puis plus fermement, je ne sais pas qui d’entre eux me touchent, tellement je tourne sur moi-même. Plus loin les femmes ne pretent aucune attention a la scène qui se déroule dans le séjour, plongées dans leurs discussions de voisinage.Maintenant ma robe est pratiquement totalement ouverte sur le devant… André me sourit et Sam ivre s’éloigne dans un coin et observe la scène fier de moi mais sans intervenir à mon striptease forcé.Thierry dans mon dos, me tient par les hanches et se frotte à moi. Il m’embrasse dans le cou et inconsciemment j’en ferme les yeux avant de les rouvrir rapidement sentant sa main glisser sur mon épaule pour la dénuder doucement. De son autre main il me tient le ventre et remonte même sur la peau entre mes seins, j’ondule et danse encore emportée par l’ambiance et le plaisir sage qu’ils me procurent. Mes seins dans leur écrin balançant devant les yeux de mon beau père ravi du spectacle que je lui offre. Ma robe glisse doucement, mes épaules se découvrent, une bretelle de mon soutien-gorge est totalement tombée et je sens l’air caresser ma peau humide de sueur entre leurs bras.Puis on me retourne encore, le colosse bucheron se place devant moi à son tour. Je danse et ondule encore mais le voyant si massif devant moi je cherche à me reculer. André, attentif à ma peur, me pousse dans le dos pour me coller à son complice qui maintenant me tient un sein fermement tout en plaçant l’autre sur ma fesse…Mon corps fin et frêle collé à lui, je le sens en érection dans son pantalon pendant qu’il me pince sans pudeur le téton en public…André derrière moi, se colle aussi à moi et me coince voulant un peu profiter de mes charmes de plus en plus disponibles…J’ai envie de fuir mais je suis trop ivre pour toute résistance…Sam à côté, me regarde avec envie et admire le spectacle… Ma délivrance arrive enfin, lorsque Simone annonce que le dessert est servi…Les hommes me libèrent en un instant et je manque de m’écrouler sur le sol…Réajustant ma robe encore une fois…je suis le groupe pour aller à table… Je suis essoufflée et en sueur tellement ce moment fut intense…A table, la buche glacée rafraichi les corps et un peu les esprits… les discussions se poursuivent encore…A côté de moi, André discrètement pose sa main sur ma jambe.André : « Tu es superbe…. Merci pour cette danse… Moi :(gênée) Heu …merci. Mais…André : Peut-être en verrons-nous plus après…Moi : heu… non je ne pense pas… »Le dessert terminé, Simone et Thierry sortent sur la terrasse pour fumer, Sam et moi aidons Angèle et rangeons la table avant le café…André, un moment perdu dans ses pensées, reprend ses esprits, la fatigue commence à le gagner et pour se rafraichir, rejoins son complice et voisin dehors…Avec Sam, je m’isole un instant…Moi :(riant à cause de l’alcool) «Tu as vu ??? Tu es content du spectacle???Sam : Vu quoi… ???Moi : La danse !!! Tu n’as pas vu qu’ils ont un peu profité de moi ???Sam : Oui et alors, tu n’aimes pas danser ?? Tu n’as pas eu de plaisir ?Moi : Si bien sur… mais pas comme ça, ils ont abusé et m’ont touché un peu trop…Sam : Oui j’ai vu… et j’ai beaucoup aimé te voir comme ça.Moi :(surprise) Que dis-tu ?Sam : (souriant pour me mettre en confiance) Je dis que j’ai envie de toi… et que j’aimerai même en voir plus… mais bon je sais que tu n’es pas capable…Moi : Tu es fou ??? Et comment cela voir plus ? Capable de quoi ?Sam : Laisse tomber… tu es comme Diane. Alors que tu connais mes petits fantasmes et qu’en plus tu parlais même d’essayer…Moi : Oui je sais… mais c’est ton père, tes parents… et …Sam : Et c’est noël aussi… tu peux nous faire un petit cadeau sympa comme celui la…Moi :(provocatrice et saoule) Tu veux jouer ? Alors ok, je vais jouer. Mais ne te plaint pas ensuite. Je ne suis pas Diane moi. »Enervée et piquée sur ma féminité, je relève son défi de jouer la coquine avec son père et le bucheron. Tant pis pour lui… Irritée, j’ai envie de donner une leçon à mon chéri.En moi-même, je ne réalise pas encore l’erreur que je commets, heureusement l’alcool et un nouveau verre de vin blanc m’aideront à tenir et avec un peu de chance les sexagénaires n’iront pas plus loin du fait de la présence de leurs femmes.Sam surpris de ma réponse, et très excité à la fois, m’embrasse avec passion en me serrant contre lui. Sa main sur mes hanches me fait frémir, et je sens dans mes reins la chaleur de l’amour naitre…Un rapide tour aux toilettes, je réajuste encore ma robe qui commence à se froisser…Dans le miroir, j’ajuste un peu mon maquillage, et pour faire bonne mesure, je fais un ourlet ma ceinture afin de remonter ma robe d’un cran… (A la lisière de mes fesses).Ainsi faite, je pense qu’il en aura pour son compte, me dis-je moi-même.André, Simone et Thierry reviennent de leur pose cigarettes et nous prenons tous place près du feu dans la véranda pour le café et la tarte de Simone.André et Thierry conversent et plaisantent en alsacien et je ne comprends pas un mot, mais je devine par leur regard que la nouvelle coupe fine de ma robe les intéresse beaucoup… Sam dans un fauteuil parle avec sa mère, tandis que je mange un morceau de tarte avec Simone…Il est presque minuit et demi…Lorsque Thierry demande si quelqu’un veut un digestif… Angèle, André et Sam décline l’offre et il ne reste que moi et Simone pour trinquer avec lui.Ne connaissant pas ce qui m’attend, j’accepte volontiers son petit verre remplis à ras bord de liqueur de poire.En une gorgée, je tousse et recrache presque tout le contenu de ma bouche. Cherchant ma respiration, je sens mon visage me bruler tellement l’alcool est fort…Evidemment, la situation fait rire tout le monde, et j’essaie de faire bonne figure en riant avec eux.Thierry, les larmes aux yeux, s’approche à nouveau avec une autre bouteille… Bien que je refuse poliment, il me remplis à nouveau mon verre en m’assurant que cette liqueur de kirch est moins forte et donc plus facile a boire…Convaincue et résignée, je me laisse tenter et avale ce nouveau verre… ma gorge me brule jusque dans l’estomac et mes yeux en pleurent à nouveau…Néanmoins il a un peu raison, celle-ci est meilleure que la première, à moins que la poire m’a totalement anesthésié le gosier.Rapidement la tête me tourne, et je vais m’assoir sur les genoux de Sam qui me prend contre lui afin que tout ce calme…J’ai du mal à suivre les discussions, les sujets sont un peu grivois mais tous compréhensibles…Vers 1h00 du matin, Simone qui a bu autant que moi, nous salue tous et prend congés de nous, remerciant encore pour la belle soirée…J’espère en secret que le bucheron en fera autant et la suivra, mais mon espoir s’efface lorsqu’il se resserre un verre et reprend de la tarte…Angèle en cuisine, à ranger toute la vaisselle, et semble aussi fatiguée, elle embrasse tout le monde et à son tour nous quitte…Sam et moi, lové l’un contre l’autre participons aux discussions d’André et Thierry… les mains de Sam en profitant pour me titiller le ventre, les épaules et discrètement la pointe de mes seins.Puis André demande si j’ai envie de danser…André : « Belle Estelle, accepterais tu de danser encore une fois avec moi….Sam : vas y ma chérie… je te regarde…Moi :(saoule et surprise) Pourquoi pas, mais je ne tiens pas bien debout avec ce que vous m’avez fait boire…Sam : Fais attention quand même, ne tombe pas.Moi : Oui, je vais enlever mes chaussures pour être mieux… »Mes escarpins retirés, je me retrouve pieds nus et plus petite que tous les hommes qui m’entourent. Pour m’aider André me tend la main que je saisi fébrilement.Thierry abandonné, s’installe à côté de Sam dans un fauteuil… et me regarde avec envie.La musique douce commence, et je me laisse bercer par mon beau-père.Malgré son bras en moins, je sens ses mains sur ma taille qui me tiennent avec finesse.Puis je sens qu’elles dérivent dans mon dos… cherchant à son tour la ficelle de ma robe…Une danse plus tard, il trouve son graal et tire dessus, laissant mon décolleté s’entrouvrir contre lui…Voulant d’abord réagir, je me souviens de la discussion avec Sam et le laisse faire…André est très doux avec moi, je sais qu’il observe mon soutien-gorge qui apparait mais il reste correct et n’ose pas de gestes déplacés durant nos danses.Puis vient le tour de Sam, et André retourne s’assoir…Contre mon chéri, je me blotti complètement, mon visage dans son cou, et lui donne quelques baisers… ses mains me touchent le dos et les reins… il me fait tourner doucement et rapidement en fonction de la musique, ma robe s’ouvre progressivement et l’air frais de la véranda me fait pointer la poitrine et caresse mes jambes nues. Je me sens bien, malgré la sensation naissante de nudité.La chanson suivante, c’est le bucheron qui demande ma permission pour un tour sur une musique latine …hésitante j’accepte par défi plus qu’envie … Très doucement, il me tient près de lui et me porte…Ses yeux dans les miens, il m’hypnotise totalement… ses mains glissent sur moi comme du velours, et la chaleur dans mon ventre augmente doucement.Puis il ose… une main sur ma hanche remonte un peu ma robe,…montrant le bas de mes fesses aux 2 spectateurs. Puis il me retourne face à eux…se collant avec virilité a mon dos…Je regarde Sam, le regard perdu. Le bucheron me fais onduler sur la musique et cambre mes reins pour me coller à lui. Sans gêne, sa main glisse sur mon ventre…puis remonte sur un sein par-dessus la robe qui s’entrouvre toujours plus.Collée contre lui, je sens contre mes reins la barre de son sexe tendu. Sam m’observe, André sourit… je me laisse tenir ainsi, sa main palpant mon sein, ma robe remontant encore dévoilant maintenant la fourche de ma culotte et la moitié de mes fesses. Le bucheron semble bien excité contre moi…Par chance la musique s’arrête et il me libère… André : « Hé bien Estelle, je ne pensais pas que vous nous feriez un tel spectacle.Moi : Pourquoi, vous savez bien que j’aime danser…André : Certes, mais oser vous laisser peloter par un inconnu devant moi et votre mari… j’en reste surpris…Sam : Oui, je ne te pensais si coquine ma chérie.Moi :(en riant) vous êtes bêtes, c’est juste une danse… » dis-je en lançant un clin d’œil de défi à mon mari.Près de la chaine hifi, Thierry a remis la musique en route… un mélange de danse latine et de slow… de mon côté j’ai remis ma robe en place et ne laisse plus rien voir à mes admirateurs….Sam se levant, me prend contre lui et m’embrasse a pleine bouche pour commencer la danse… alors que Thierry s’installe près de André.Sam : «(dans le creux de mon oreille) Alors coquine, tu joues encore ou on monte se coucher… ?Moi : (hésitante) Je… je ne sais pas… j’ai envie des 2… »Contre mon chéri, je me laisse porter encore, la danse est très romantique, et Sam me fait vibrer entre ses bras…La ficelle de ma robe cède a nouveau, et je sens le tissus se relâcher encore…Moi : « Que fais-tu ???Sam : Tu joues encore ??? ou pas…Moi : (fatiguée) Si tu veux…. »Pendant cette danse latine, les mains de Sam quittent mes hanches pour venir sur mes fesses… les mouvements faisant tourner ma kurtköy escort robe laisse apercevoir la dentelle de mon tanga…Puis doucement, je le sens remonter dans mon dos pour capter tous mes frissons.Sans peurs, je le laisse faire et lui sourit avant de me serrer contre lui…La danse suivante, il invite Thierry à prendre sa place…Dans mes yeux je panique un peu, ma robe a demi ouverte maintenant, je suis entre les mains du bucheron qui je le sais va vouloir en voir plus qu’auparavant. Même alcoolisée, mon raisonnement est juste.Entre ses grands bras puissant, j’ondule sur la musique sans force mais avec grâce.Puis me laissant debout sur place, face à André et Sam, il se glisse derrière moi et pose ses mains sur mes épaules pour ouvrir et descendre ma robe totalement sur ma taille.A demi nue, mon soutien-gorge noir donne un contraste hautement érotique a ma peau claire que j’offre maintenant à mes 3 danseurs…Thierry, dans mon dos, reprend la danse, et me fais ainsi onduler contre lui…Moi par défi, je regarde Sam qui semble amusé autant que surpris…Les mains de Thierry sur mes hanches me touchent et m’électrisent, puis dans une simplicité absolue, il saisit les bretelles de mon soutien-gorge, dégrafe le petit crochet et le fait tomber au sol…André, l’œil pétillant, me regarde… la bouche ouverte et le sourire aux lèvres…Je danse seins nus et étrangement cela ne me pose pas de problème…Derrière moi et collé a mon fessier, Thierry me caresse, me touche le ventre, soupèse mes seins, et me fait bouger très lascivement pour le plaisir de tous… Dans mon ventre la chaleur gagne du terrain, et j’ai envie de mon chéri…Alors que la musique se termine, je sens sur la toute dernière note, ma robe qui vient de tomber sur mes pieds… Me voilà en culotte devant eux me déhanchant sur une musique devenue silencieuse…Sam : « Bravo ma chérie… Bravo… tu es splendide…André : Houaaa… qu’elle beauté…Thierry : Je savais que cette coquine aimerait la soirée…Moi :(reprenant mes esprits) heu… Comment ? Quoi ? »Cachant ma poitrine avec mes bras, je reste immobile au milieu de la pièce, honteuse et à la fois fière d’avoir relevé le défi de mon mari. Mais en m’avançant vers lui pour me cacher dans ses bras, celui-ci m’interromps en me demandant si je souhaite encore jouer….Sam : (souriant) « Où vas-tu ? Tu ne souhaites plus jouer ce soir ?Moi : Comment cela ?Sam : Tu ne veux plus danser pour nous ? C’est noël, S’il te plait.Moi : Mais… mais… comme cela ?André : Oui, c’est noël, fais-moi ce petit cadeau ma petite Estelle… d’ailleurs tu n’as pas encore ouvert le petit paquet que je t’ai offert… »Partager durant quelques secondes entre ce chantage odieux et l’envie de provoquer mon chéri… je ne sais plus quoi penser. Thierry, toujours derrière moi, remet une musique plus douce, très sensuelle… avant de me rejoindre devant ses camarades affalés dans les fauteuils.Thierry : « Allez petite, danse un peu devant nous, je vais t’aider… »A demi consciente… je suis dans les bras de Thierry qui m’enlace et me fait danser, ses mains sur moi sont impudiques et à la fois professionnelles… Seule la nudité me différentie d’une danseuse normale… mes bras autour de son cou, ou accroché à son bras, je me laisse porter par la musique sans pudeur de me dévoiler….Apres quelques minutes intenses, nos pas se rapprochent de nos 2 spectateurs et avant la fin de la chanson je me retrouve coincée entre les 3 hommes fiers et debout tout contre moi…Sam : « Et maintenant…c’est quoi notre cadeau de noël ?Moi : (perdue dans mes pensées) Ce que tu veux…. »Sur mes épaules, une main se pose doucement et me donne l’ordre de me mettre à genou…Devant moi Sam, heureux, et le sourire jusqu’aux oreilles me demande si je suis prêtes à lui faire plaisir… et d’un mouvement assuré, ouvre son pantalon et sort sa queue déjà raide. Devant moi, a quelques centimètres… je le vois, le fixe du regard et…le prend en bouche… Mon beau père, observe la scène avec émerveillement et le bucheron me caresse les cheveux pour me donner la cadence sur ce pieu qui me remplis la bouche. En quelque instant, les 3 hommes ont tombé leurs pantalons et me présentent chacun leur sexe au garde à vous… les mains de Sam, d’André et de Thierry me guident de l’un vers l’autre. Chacun profitant de mes lèvres et la délicatesse de ma bouche. Chacun leur tour, ils profitent de moi et leurs mains baladeuses me touchent, me caressent, me pincent ou me malaxent les seins, les dos et les fesses. A genou, en soumise, je les suce oubliant ma honte et ne profitant que du plaisir que je partage…André : (soupirant) « Mmmm. depuis le temps que j’en rêvais…Thierry : Oui, quelle belle petite suceuse ta femme…Sam : Je confirme, et le reste est pas mal aussi…. Si elle ose vous le montrer.André (s’enfonçant plus loin dans ma bouche) : Estelle regarde-moi… Mmm… Thierry : Tu penses qu’elle sera d’accord cette fois pour se faire baiser ta femme…Moi :(étranglé par André et cherchant à me répondre) : MMM… No. Mmm… Sam…. Non…mmm s’il te… mmmSam :(souriant) je pense que oui…»Entre eux, je cherche de l’air mais continue mes fellations et les gorges profondes que l’on me donne. André fatigué de la soirée et de l’excitation provoquée s’éloigne un instant pour s’installer dans un fauteuil et m’inviter à le rejoindre entre ses jambes…Coquine et provoquante, je lance un regard à Sam et me dirige vers son père à 4 pattes.Entre ses cuisses, je marque un temps d’arrêt, réalisant que je franchie une étape importante dans notre vie de famille…Derrière moi le bucheron, me caresse les reins et flatte mes fesses pour m’encourager…Sam : (en plaisantant) « Joyeux Noel, papa !!! »Et je sens sa main sur ma nuque me diriger vers le sexe tendu devant mes yeux. Du bout des lèvres, je l’embrasse, tourne autour de son gland violet et de belle taille, puis le laisse glisser entre mes lèvres… les mains en appuis sur ses cuisses, ma tête coulisse doucement, le glissant contre l’intérieur de mes joues lorsque je le fixe du regard…puis sa main dans mes cheveux me pousse plus fort et force la profondeur de son chibre que je déguste.Derrière moi j’entends les 2 hommes parler ensemble… mais ne comprend pas tout… Seul les Mots « Vas-y » me parviennent.Doucement, délicatement, André me tient la tête et profites de ma bouche… au milieu des caresses sur mes seins qui pendent et celle dans mon dos, je sens qu’on m’écarte délicatement les jambes et que mon tanga est retiré.La croupe offerte, le cul tendu, je sens une main se poser sur mes hanches pour me cambrer…Puis soudain, la respiration d’un des hommes se pose sur ma fente et un frisson me traverse les reins… Je gémis instantanément lorsque sa langue commence à me fouiller et sucer mon clitoris gonflé de désir… j’ondule et me tortille sur la bouche qui m’embrasse tout en gardant précieusement André entre mes lèvres….Durant un cours instants, je me sens folle et heureuse, mais la bouche laisse place a autre chose… plus dur, plus massif…Contre mes fesses, glissant dans mon scion, je sens la tige chaude et large d’un homme prêt à me remplir le ventre…Je gémis encore, cherchant à voir de qui il s’agit mais André m’interdit de me retourner… contre ma vulve, un gland énorme se profil, poussant mes chairs et ouvrant mon conduit d’amour… doucement il entre, me prend et me pénètre…J’ai l’impression qu’il n’en finit plus de rentrer tellement il me semble long et gros…Mon ventre se remplit et je le sens aller progressivement jusqu’au fond de moi.Thierry « Bon sang, elle est serré ta femme… je vais bien en profiterSam : Oui, vas-y, c’est noël pour toi aussi…Thierry :(riant) T’inquiètes je vais lui mettre jusqu’aux boules… je vais te l’élargir ta salope»Je comprends alors, je suis prise par le bucheron… puissant et viril…il commence de long et fort va et viens… appuyant sur mes reins pour forcer son emprise. Me tenant les hanches pour me remplir davantage à chaque coup de reins…Je me fais baiser devant mon mari qui admire mon frêle corps possédé par ses 2 sexagénaires en puissance… le ventre du bucheron cogne mes fesses bruyamment, il grogne et me donne la fessée… parfois il tire mes cheveux ou appuis sur ma nuque pour m’enfoncer sur la bite de André.Sous moi mes seins balances en cadence contre les cuisses de mon beau-père qui grossi encore en moi et qui jubile de la situation… je sens qu’il va jouir et cherche a me retirer … mais il me maintient fermement continuant a progresser vers ma gorge…André : (haletant) Je vais jouir, fiston, je vais cracher dans ta femme…Sam : (riant) Vas-y, elle avale…Moi: (dans un gargouillement) MMM .. no.. Sam… no..André: Ça vient…argh… .. oui… Avale Estelle… avale salope »Plusieurs jets de foutre frappent mon palais et ma gorge au même moment, le sexe d’André dur et profondément figé en moi m’oblige à déglutir sa semence, chose que je n’aime pas et que je refuse même à mon mari… Dans mes reins, le bucheron excité de la scène frappe violement son pilonne au fond de mon ventre, me poussant encore contre André qui m’étouffe, et m’arrachant maintenant des plaintes de douleur plus que de plaisir…André épuisé se retire enfin de ma bouche, et me caresse les lèvres et le visage avec le reste de sperme qui suinte de son mat….Les yeux fermés, je gémis et soupire, j’encaisse les coups de bites du bucheron qui grogne et râle comme un a****l dans mon dos…Thierry : (entre 2 soupirs) Et son cul : il est disponible pour noël ? »Disant cela je sens son pouce forcer déjà sur ma rosette fragile pour en tester l’élasticité…J’ai des larmes dans les yeux, partagé entre plaisir, luxure, et souffrance…Je regarde Sam, dans un fauteuil a côté de moi, en train de se masturber en me regardant …Sam : « Estelle… Estelle…Moi : han… oui… quoi… han.. aie…Sam : il te démonte ???Moi : oui…il ….il me….Sam : Tu aimes ca ?Moi :aie… ah . Oui.. mais.. aïe.. Sam : Tu le veux dans le cul ????Moi :: Oui… aie… heu, nonnn… pas lui.. non »Je n’arrive plus a réfléchir. La v******e des assauts du bucheron, la frénésie de la baise intense… je réponds sans savoir ce que l’on me demande.Thierry : « C’est oui ou non…Sam : Moi je dirai bien oui…mais…Moi : Nonn… pas par là non…Thierry : pas grave, je vais te remplir la chatte alors…Moi : no… pas … la… »En 3 grosses poussées, il s’enfonce entièrement en moi, je le sens me déchirer par sa taille énorme, il me fourre comme un beignet me poussant sur le ventre d’André qui se repose et m’admire…Puis en moi, sa liqueur me brule le ventre, je réalise qu’il me remplit sans protection et sans savoir que je suis en période d’ovulation… Apres quelques secondes, il se retire enfin… laissant mon ventre béant et ruisselant de son foutre épais…Appuyé sur les cuisses de mon beau père, le ventre en feu et les fesses en l’air…je reprends mon souffle avec peine. Sur l’intérieur de mes cuisses je sens couler le trop plein de ma cyprine et de sa semence mêlées…André : « A toi fiston… tu vas pas rester à côté à te branler…Thierry : C’est noël pour toi aussi… vas-y gamin…Moi : (épuisée) Co…comment. ? encore.. ? non…Sam : Oui, vous avez raison… c’est aussi noël pour moi… et je vais me faire un beau cadeau… »Toujours en position, le bucheron viens à côté de moi et me donne sa bite à sucer pour que je lui nettoie… machinalement je l’accueille entre mes lèvres et je sens déjà qu’il reprend vie…André lui admire mon visage se déformer sous l’intrusion…il me caresse les seins du bout des doigts…Dans mon dos, les mains de Sam me caresse et je sens sa queue sur mes fesses…Thierry : « Vas y, elle est bien ouverte et bien lubrifiée… baise là ta femme…fais la crier comme cet été dans la prairie.André : Joyeux noël fiston… »La bite de Thierry entre les lèvres, je sens Sam s’introduire en moi… il est moins gros et moins long que le bucheron mais il me remplit tout autant par sa tendresse et son intensité… mais cela ne dure pas longtemps… Sam : « C’est Noël ma chérie… tu me fais un cadeau ???Moi : lol que … quoi ?.. oui… »Je ne comprends pas ses mots…. Mais rapidement, je sens la pointe de son gland glisser sur mon œillet et forcé mon entrée interdite…Je cherche a me dérobé mais Thierry appuis sur mon dos pour que je bouge pas…André caresse ma tête pour me calmer..Sam forçant un peu, mon anus s’ouvre sans peine et il s’introduit pour la seconde fois de notre vie de couple par mon orifice délicat. Je gémis encore… mais il progresse…je le sens venir, grossir.. J’ai l’impression qu’il me déchire… puis s’arrête…Mes larmes et mon maquillage coulent sur mes joues… Thierry me redonne son gland à sucer mais impossible pour moi de réagir. Sam commence un lent va et viens qui me met au supplice…Durant un instant, je me mords les lèvres et cherche mon air.Doucement, mes reins ondulent pour accompagner les mouvements de mon mari et atténuer la brulure que je ressens en moi.Etrangement, son pieu qui me perfore l’intestin devient délicieux… et mon plaisir augmente a grande vitesse…Enfoncé jusqu’à la garde…je sens ses couilles contre ma fente trempé de sperme. Je le sens en moi… puis j’explose dans un orgasme fulgurant…Thierry, a bout de nerf, voyant mon corps trembler de spasmes, embroché par le cul, ne résiste pas et éjacule pour la seconde fois sur mon visage et dans ma bouche.Sam derrière moi accroché à mes hanches se retire doucement…Sa queue raide et puissante, me caresse le trou meurtri, puis glisse vers mon clitoris pour prolonger mes frissons…Il me titille encore un peu comme cela, puis me relève et me couche sur les jambes de ses complices installés dans le grand canapé…Allongé sur leur corps, leurs mains me touchent partout, mes seins, mon visage, je suis couverte de leur tendresse…Entre mes jambes, Sam s’avance fièrement et me pénètre la chatte avec ardeur…Il me baise, me secoue, et les 2 sexagénaires profites du spectacle de mon corps secouer par les coups de reins de mon mari…Sam :(soupirant) « Je vais venir… dedans ou dehors ???André : Rempli là …Thierry : non … arrose là… »Sam se retirant rapidement, pointe son sexe sur moi pendant que ces complices me redressent. Se branlant au-dessus de mon ventre, Sam éjacule de longs et épais jets de foutre sur mon ventre, ma poitrine et même mon menton..Thierry et André le félicite et me tartine le sperme encore chaud sur la peau et la poitrine…Tous épuisés, nous nous écroulons dans les fauteuils…Thierry voyant l’heure (env. 2h30 du matin) se rhabille rapidement, m’embrasse a pleine bouche et me tape la fesse avant de rentrer chez lui.Personnellement je m’endors sur place ou m’évanoui…je ne sais plus…Le lendemain je me réveille dans notre lit… j’ai une migraine féroce à cause de l’alcool… mon ventre, mes seins et mon cul me font mal… me rappelant vaguement les actions de la soirée. Cependant je ne me souviens pas de comment je suis arrivé dans mon lit…Me levant, je habille et descend pour le petit déjeuner, Sam et André discutent dans la cuisine et me saluent simplement. Angèle, le regard fatigué, me demande si j’ai bien dormi…Elle me dit m’avoir entendu vomir plusieurs fois après m’être évanouie suite à la dose d’alcool ingérée hier soir…J’avoue ne plus me souvenir de rien… ou du moins je doute de tout…André, le sourire au lèvre s’approche de moi et me tend le petit paquet de noël de la veille avec un papier écrit « A ouvrir sur le chemin du retour ».Lui demandant ce que c’est, il ne me répond pas mais me demande de jouer le jeu…Ensuite Angèle et André, nous demande de prendre nos cadeau de noël en main : nos clefs rustique remise devant le sapin.Nous sortons tous dans la cours et nous attendons les explications d’André pour savoir de quoi il en retourne.André : Chers enfants, ses clefs sont pour vous…Sam : (étonné) Papa, tu racontes quoi ???André : Laisse-moi finir… comme tu le sais je suis plus autant en forme qu’avant… donc avec ta mère on a décidé de …Sam : De quoi… tu nous fais peur papa…André :(au bord des larmes)… nous avons décidé, et cela fait un moment qu’on y pense… que …Moi : (inquiète) André ça va ???Angèle : Attends je vais le dire… on a décidé de vous offrir notre maison et le terrain avec la grange…voilà.Moi et Sam :(stupéfaits) Comment ????Angèle : Oui, ses clefs que vous avez en main sont celle de la grange la derrière, ou vous pourrez faire votre projet de construction. Et nous avons fait le nécessaire pour que la maison soit à vous après nous. L’accident de André nous a décidé de le faire car vous êtes nos enfants et que vous méritez aussi votre chez vous…André : Oui… et nous vous souhaitons autant de bonheur que nous dans cette maison… »Emus, Sam et moi les embrassons et les remercions pour ce magnifique cadeau… Ils réalisent notre rêves de propriété et d’avoir notre propre chez nous. Notre rêve de pouvoir quitter la capitale et son ambiance frénétique, celui d’offrir à nos enfants un cadre paisible et verdoyant… bref un paradis pour nous.Plus loin, derrière la clôture, j’aperçois Thierry, le sourire sur le visage…Je réalise que notre nouveau voisin sera sans doute très présent chez nous pour l’avenir…Le lendemain, le 27 décembre, nous reprenons la route… triste de les laisser après ses merveilleux jours passés ensemble…Mais l’envie de retrouver nos enfants, et leurs annoncer la grande nouvelle du déménagement, nous aide à partir vers notre quotidien gris de Paris.Le coffre plein de cadeaux de noël, nous repartons le cœur chargé d’émotion…D’un signe de la main nous partons, et étrangement mon téléphone vibre…André :(SMS) « N’oublie pas d’ouvrir ton cadeau de noël… »Au fond de mon sac à main, je sors la petite boite, et déchire le papier qui l’emballe.La boite et sobre, mais son contenu me choque…En effet, André, avec la complicité de Thierry, me rend le soutien-gorge égaré durant l’été, avec un petit mot… « Merci pour les plaisirs offerts… à bientôt pour plus… future voisine. ».Je souris un instant, puis réalise : la vie en alsace me sera sans doute fatigante avec mes amants pervers……Fin.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yayımlayan

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir