Valérie 3 – Sylvie chez elle

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Valérie 3 – Sylvie chez ellePendant quelques jours nous entretenons une correspondance très chaude. Puis elle me propose de la rejoindre jeudi de 11h à 18h chez elle. Je lui ai proposé plusieurs tenues par mail mais ce qu’elle souhaite surtout c’est des jolies dessous de satin voile et dentelle.Je fais donc de nombreux essayages avec un soin particulier donc pour mes sous-vêtements. Même si j’aime plutôt le style BCBG, je comprends que Sylvie elle veut une belle salope. D’ailleurs, j’ai compris au Keewee que tous et toutes recherchaient une bonne pute et non un trav trop stylé. Malgré mon rendez-vous, je ne reste pas inactive durant cette semaine, mes autres admirateurs sont toujours demandeur de mes exhibitions… Ce qui m’inquiète un peu c’est mon goût pour la sodo qui ne semble pas être la tasse de thé de Sylvie. J’aime trop sentir mon petit trou se dilater sous la pression d’un bon gode, d’ailleurs j’utilise de plus en plus souvent le plus gros et quand je suis bien propre, j’enfonce les 30 cm jusqu’aux couilles et j’arrive à jouir (sans forcément éjaculer) uniquement par l’anus. C’est un orgasme très fort. Enfin on verra ce qu’elle souhaite.Le jeudi à 11 h, après 45 mn de voiture, je suis à l’entrée A du centre Leclerc. Je pense pouvoir la reconnaître, même en mec et je lui ai dis que je porterais les mêmes vêtements qu’au Keewee. Sylvie est à l’heure et même sans perruque je la reconnais de suite. Je lui fais un petit signe de la main, très coquine. Elle vient vers moi d’une démarche de mec… Moi au contraire je l’accueil avec des gestes très efféminés.- On se fait la bise ? Et sans attendre la réponse toujours en minaudant je pose deux bises sur ses joues. Une passante nous jette un regard outré… j’adore.- Ben dis donc tu exagère toi ! – Pourquoi mon chou ? On en ait ou pas ! Non !- Allez viens on va chez moi il y en a pour 10 mn.Avec un déhanchement provocateur accentué par mes bottines et mon slim moulant je l’accompagne. Nos voitures ne sont pas loin l’une de l’autre et je la suis en ville.Nous nous garons sur le parking d’un immeuble d’une dizaine d’étage. Je récupère mon petit sac que je porte comme une fille sur l’avant bras. Je me sens très bien, très femme, pendik escort je regrette même de ne pas être en jupe… Nous prenons l’ascenseur sans croiser personne. Comme moi il habite au dernier des 12 étages. Les portes sont à peine refermées que je le pousse contre la paroi. Même si nous sommes en garçon je n’en n’ai cure. Je me colle contre lui, pose mes lèvres sur les siennes, glisse ma langue entre ses dents. Surpris il ne réagit pas. Ce flottement ne dure qu’un instant et il me rend mon baiser avec passion. Au 8ème étage je relâche mon étreinte.- Je suis désolée… j’en avais trop envie.- Tu aurais pu attendre, en homme je n’aime pas trop.- Ben dis donc tu avais pourtant l’air d’en redemander…- Oui tu as raison, tu es tellement bandante amour. Tu es vraiment très « fille » même avec tes vêtements de garçon… enfin presque de garçon. Je te laisse la salle de bain pour te changer, je prends ma chambre. On se retrouve au salon, si tu es prête avant moi il y a du café.J’ai prévu une tenue assez simple. Je me déshabille puis j’enfile des Dim-up noirs, un soutien-gorge balconnet push-up qui me donne une petite poitrine sans prothèse et un string en voile et dentelle. Une mini jupe droite en lycra imprimée léopard et un pull très décolleté noir. Je termine par mes escarpins à talons aiguille de 10 cm. Je m’étais déjà un peu maquillé à la maison et je n’ai pas grand-chose à faire, juste un peu de mascara et de rose à lèvres. Un collier ras de cou et des boucles d’oreilles à clip (j’ai très envie de me percer les oreilles…) je finis mon habillage par une perruque châtain mi longue. Un dernier regard dans la glace je me trouve pas mal, « pine au cul mettable » comme nous disions quand j’étais jeune… D’ailleurs à ce sujet, je prends un tube de crème Nivéa sur le lavabo pour m’enduire et me préparer l’anus… on ne sait jamais.Sylvie n’est pas encore prête, je me sers un café et vais sur la terrasse avec une cigarette. Je me sens très bien mais un peu nerveuse. J’entends le claquement des talons de Sylvie dans mon dos, je me retourne. Elle aussi est tout en noir, tee-shirt en lycra et jupe à volant. – Tu es ravissante ma chérie ! – Toi aussi Val, tu es si féminine.Elle s’approche pendik escort bayan de moi, pose ses mains sur mes hanches, je sens déjà une érection… Comme l’autre fois, elle tire la pointe de sa langue dans une invite sans équivoque. A mon tour je passe ma langue sur mes lèvres, tends les lèvres et titille sa langue. Elle se colle contre moi et nous nous embrassons à pleine bouche, nos langues s’enroulent, je mords ses lèvres. Ses mains palpent mes fesses. Je passe mes mains sous sa jupe, elle porte une large culotte de dentelle et un porte-jarretelles. Je caresse ses cuisses, ses bas. C’est doux, soyeux. Puis j’ose m’aventurer sur son sexe. Elle n’est pas encore très vigoureuse, je caresse doucement sa semi érection, à travers la dentelle je glisse mes doits partout, sur sa tige, son gland, ses bourses pleines. Elle aussi palpe ma queue à travers le fin voile de mon string. Je suis déjà hyper tendu. Ces instants sont magiques, caresses, baisers, jeux de langues de doigts… Nous gagnons le salon et nous laissons tomber sur le canapé. On s’enlace à nouveau, sa langue fouille ma bouche, elle fouille dans mon soutien-gorge, pince mes pointes de seins qu’elle trouve particulièrement développée. Je n’en peu plus, je glisse à ses pieds, elle s’allonge sur le sofa. Je remonte sa jupe sur son ventre. Hummm… j’adore sa culotte. Sa verge est tendue dans le fin tissu, je la caresse, j’y dépose mes lèvres, je la lèche à travers la dentelle. J’écarte le fin rempart, elle jaillit, droite, arrogante, je peux enfin sentir sa queue sous ma langue. Je la prends entre mes lèvres, au fond de ma gorge. Malgré mon inexpérience (en réel) Sylvie gémit de bonheur. Je ne me suis jamais sentie aussi fille. Je fais une vraie fellation, je suce une bite… Mes lèvres coulissent sur sa hampe comme je le fais avec mes godes… mais en plus chaud plus doux. Je caresse ses bas, ses cuisses, je lèche avec gourmandise la moindre parcelle de peau. Sa bite tendue tressaute dans ma bouche avec des petits soubresauts, elle est assez épaisse mais pas très longue et je peux la prendre entièrement dans ma bouche jusqu’aux couilles, le nez dans les poils de son pubis. J’ai peur de la faire jouir trop vite escort pendik et je délaisse son ventre pour l’embrasser de nouveau, jouer avec ses pointes de seins. Je suis folle de désir, je bande comme un âne. A son tour Sylvie se penche sur mon ventre, la jupe remontée jusqu’au nombril, elle écarte mon string et fait jaillir ma queue. Elle s’extasie devant ma verge tendue. Je n’ai pas beaucoup de critères de comparaison, mais il parait que je suis bien monté. Elle suce, lèche avale mon membre tendu en gémissant de bonheur. J’essaye de la caresser en même temps, nous nous retrouvons en 69. Je reprends ma fellation, j’ai son œillet à porter de langue et j’en profite pour introduire mon appendice buccal, elle tortille des fesses pour m’aider, j’y glisse deux doigts coquins. Elle a comprit que c’est une caresse que j’aime et elle aussi me remplit l’anus avec ses doigts. J’adore me branler le cul et là c’est l’extase… J’ai du mal à me retenir. Elle gémit de plus en plus belle et crie qu’elle ne va pas tarder à venir. Je quitte cette merveilleuse position pour savourer pleinement son plaisir dans la bouche. Je l’ai à peine prise entre me lèvres qu’elle se libère, envoie plusieurs jets de foutre crémeux dans ma bouche, il y en a tellement que je ne peux pas tout avaler, le sperme coule sur mes lèvres, sur mon menton. Je lui tends mes lèvres pour partager son jus dans un baiser langoureux. Je suis à la limite moi aussi je glisse à califourchon sur son buste, elle comprend de suite et me prend dans sa bouche. Les mains plaquées sur mes fesses, elle écarte les globes et introduit deux ou trois doigts dans ma chatte… J’éjacule avec abondance… je me vide les couilles pendant qu’elle me branle l’anus. Nous partageons de nouveau ce nectar, mélange de salive et de sperme chaud et crémeux. J’aime le gout de son plaisir et je suis très fière de ma première pipe. Après une petite toilette et un raccord de maquillage nous nous retrouvons à papoter dans le salon. Nous échangeons parfois un baiser mais la frénésie est retombée. Je la quitte vers 15 h après avoir refait l’amour une fois.Dans la voiture, sur le retour, je me suis changée car je craints toujours l’accident et les conséquences d’une hospitalisation en travestie… Qu’elle merveilleuse après-midi, je deviens accro au réel c’est tellement meilleur que des phallus en latex… seul bémol, je me rends compte qu’il me manque le plaisir de me faire prendre…/…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yayımlayan

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir