Marika – Vacances 2017

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Marika – Vacances 2017XVI.Vacances 2017Le but était de passer des vacances en camping-car avec Romain qui rêvait de m’avoir à lui seul pendant quelques semaines, pour parcourir la France comme des ados chevelus que nous n’étions plus… Mais ce fut une expérience qui prit un aspect inattendu, voici le récit de mes péripéties.Tout était prêt : camping-car (le mien puisque j’en ai hérité au partage avec Paul), le chauffeur avait pris le temps de tester avec mon ex tous les travers de ce monstre d’acier de 3500 kg…Alice, son ex toujours épouse, lui causait souci. Elle de plus en plus de temps chez nos amis Gina et Max, abandonnant mon Paul, au profit d’une de mes anciennes amies, et maintenant tombait dans d’autres travers, des sorties nocturnes hors groupe, des rentrées épiques, malade, ivre ou droguée…Nous avions fait notre part pour la convaincre, mais Romain seul arrivait à lui redonner un semblant d’énergie, jusqu’à une autre crise, et elle revenait meurtrie, parfois physiquement. Max et Paul essayaient de l’éloigner des cercles non vertueux qu’elle appréciait malgré elle, mais elle replongeait… Elle disait aimer sa vie de chienne, goûter à tout pour apprécier la vie…Les soucis s’envolèrent au fil des kilomètres, des soirées entre nous deux, face à face, dans l’intimité douillette de notre vaisseau. Repas fins, produits locaux, découverte de la France, de l’Ouest, la Vendée, les Charentes, les plages de sable fin, le farniente était notre quotidien.Il se montrait tendre, attentionné, comme je l’avais connu, performant aussi, il ne pensait à rien, oubliait le reste, nous vivions des heures magiques, je retombais amoureuse…Une fois ou deux, nous avons pris l’apéritif avec des voisins, le camping-car est un facteur de rencontres et d’échanges, esprit de liberté, de vacances, de plaisir, il représente un rêve accompli pour certains. Pour moi, c’est un abri, pas une maison, pas de télé, juste un confort limite, j’aimais camper, je ne veux pas traîner ma maison… Repas simples, ménage minimum, plaisir maximum. Pas de contrainte… Nous faisons l’amour comme des voleurs, sans faire de bruit, je taisais mes râles, mais participais autant, prenant même plus de plaisir à dissimuler mes orgasmes…Il m’arrivait de penser à Paul qui m’avait initiée à ce mode de voyage, et avec qui nous avions connu des instants cocasses, érotiques, beaucoup de joie, d’amour, de partage. Le Camper rapproche les êtres, l’espace est compté, on ne dissimule rien, on est soi-même, ouverts à tout, sans contrainte…Jouir en silence n’est pas un déplaisir ! Que j’aime ces instants divins, où l’on doit prendre la mesure de notre jouissance et garder tout en nous ou presque !…15 jours magnifiques, de découvertes en découvertes, de rencontre en témoignages, puis, le coup de téléphone dans la nuit, Alice est rentrée après une semaine de fugue, hébétée, amaigrie, elle ne mange plus et réclame Romain…A 10 heures le lendemain, il était en route pour son ex dulcinée…Plantée moi ? Non !… Téléphone aussi, Paul a appris, il n’a rien de spécial, canlı bahis il prend le train ce soir…Marrant non ?Après mon amant, voilà son copain, mon ex-mari…Oh, on ne tombe pas dans les bras l’un de l’autre, ce fut plutôt frais la première nuit…Nuit calme, temps d’adaptation…Le lendemain restaurant, fruits de mer, crustacés, vin blanc, un délice…Paul est cordial, avenant, rieur, plaisant. Il parle à tout le monde, on boit avec ceux de derrière, ceux de devant qui s’en vont demain… Bref les jours passent, les nuits s’enchaînent… Évidemment je connais mon mari, on s’aime sans doute encore quelque part. On fait l’amour comme deux vieux époux que nous ne sommes plus, mais les sentiments restent, avec la confiance, la sécurité, et on se connaît tant !Je sais ce qu’il aime, il me connaît autant que lui… Vivre un renouveau avec lui ne m’effraie pas, je sais gérer, je l’ai fait pendant notre pacte…J’aime son sexe qui m’a donné Anne, j’aime le chérir, le prendre en bouche longuement, coulisser cette hampe, la sentir durcir entre mes lèvres… En couler de plaisir jusqu’à le supplier de me prendre enfin…Sentir sa langue glisser en moi, comme deux amants se retrouvant en cachette, ses doigts qui redécouvrent mon intimité, qui l’ouvrent, qui me font jouir pleinement…Il est temps, je monte à l’assaut… J’aime… Ecartelée sur son pénis, je me retiens…Il m’aide à rester en équilibre, pendant que je me pénètre jusqu’à jouir de le sentir complétement…Les premiers allers-retours sont délirants, mon bassin ondule sur lui, je me prends et me reprends, il me guide aussi, nous nous comprenons, je soupire mon plaisir, on s’embrasse sans retenue… Cela dure, longtemps, son sexe étroitement confiné dans mon vagin me donne ce plaisir irréel, ce plaisir complice, ce plaisir charnel… Accouplement, acte d’amour, il me prend ensuite plus viril, plus macho… Puis il veut aller au bout… J’ai mis longtemps avant d’accepter la sodomie… Maintenant c’est un acte naturel, un acte d’amour, de possession… Ce n’est pas avec lui que je l’ai fait la première fois, mais pour me venger de lui…Maintenant je jouis de la croupe, écartelée, pénétrée à la hussarde, lentement mais fermement…. Je jouis de son sexe en retenant mes gémissements de plaisir, deux doigts dans mon vagin pour une bonne mesure de partage… J’adore !Plus tard, revenue sur terre :- Tu sais Paul, j’ai adoré…- Moi aussi, tu m’as séduit encore, porté à l’extase comme avant…- Oui, moi aussi… C’était… – A refaire ?- Oh !… Les nuits sont douces ici… – Bain de minuit ? Comme avant ?- Pourquoi pas…Il a terminé en me prenant en ciseaux, cuisses ouvertes, son sexe tendrement empalé dans le mien, à notre rythme, celui qui me berce, celui qui le conduit à éjaculer au fond de mon vagin détrempé de plaisir, en de grands mouvements de fouille, je pense qu’un cri est sorti, un dernier cri d’amour, un dernier orgasme si prenant… Mais que faire…- Tu es le seul qui me porte aux nues si tendrement…- Tu es la seule qui repousse le moment, et qui sait me porter si loin jusqu’à l’extase…On s’embrasse bahis siteleri dans la nuit calme, serrés l’un contre l’autre, il est mon partenaire premier, il le restera, je ne me lève pas pour ôter les traces de nos ébats, au contraire, j’aime sentir son sperme s’écouler, liqueur d’amour, je m’endors comme une jeune mariée….Le deuxième jour fut tout aussi enivrant… Autre camping, autres voisins, cette fois belges, rieurs, qui nous portent de la bière de leur région…Elle est rougeaude, lui aussi, francs tous les deux, nous rions, puis partageons notre repas, ils apportent leurs restes aussi…On refait le monde, elle m’aide à la cuisine, Régina de son prénom, lui c’est Marcus.Elle a un rire franc, une poitrine haute qui tend à s’échapper chaque fois qu’elle se penche vers moi…- Tu fais l’amour souvent avec ton mari ?- Oui… Enfin plus comme avant, mais en camping…- Oh !… Coquine… Moi aussi j’aime le camping pour ça… On revit, on n’a plus de contrainte et on se libère…- Vrai…- Marika, tu me plais, tu es libre dans ta tête.- Toi aussi…- Tu sais, il n’est plus très porté sur le sexe, il aime sa bière avant tout…Elle a dégrafé son chemisier, ses seins se frottent contre les miens et ses lèvres se collent aux miennes…Tandis que les deux hommes discutent dehors avec leurs bières, elle glisse une main sous ma jupe…. Son baiser est tendre, sa peau douce, son ventre ondule contre le mien réveillant mes instincts… Son doigt fait couler ma chatte, elle écarte ma culotte, je lui rends sa caresse… Elle se met à gémir doucement…Elle ressemble à une autrichienne, une peau blanche, des cuisses nerveuses, une culotte de coton… Elle écarte les cuisses, s’offre… Je glisse une main, elle est trempée…- Je n’en pouvais plus depuis que je t’ai vue… Lèche-moi…Elle s’allonge sur la couchette, retire sa culotte, et m’offre son intimité blonde, ses chairs tendres et rosées… Je fais glisser la mienne, et tandis que je lui obéis, je m’attarde sur ses magnifiques seins, beaux, pleins, pendant qu’elle explore mes tendres secrets…Elle réagit rapidement sous mes doigts ce qui me fait réagir, en ressentant son plaisir, effectivement elle avait faim… Elle s’abandonne à moi…Ma langue s’affaire, puis mes doigts, emportant la belle dans le monde de Lesbos… Mes seins se collent aux siens, ses doigts affolent mon clitoris, pénètrent mon vagin, et s’ensuit une cavalcade à deux voix étouffées, une masturbation réciproque sans arrêt jusqu’à l’orgasme mutuel…- J’avais tant envie de sexe…- Féminin ?- Oui, ça me calme, j’aime la douceur, la tendresse… J’ai aimé…- Merci…Une voix retentit :- Chérie !- Oui ?- Je montre le mobile-home à mon nouveau copain, la bière est fraîche…Elle se tourne vers moi, me sourit :- On a plus de temps, viens…Elle se fait chatte, câline, et m’emporte dans son monde, me couvrant de baisers, de partout… Je me libère peu à peu…Je lui rends ses attouchements délicieux, ma langue s’emploie à la porter aux nues, à la faire jouir pleinement, lentement, profondément…Elle a un autre orgasme, plus intime, je jouis bahis şirketleri avec elle… On se détend…- On s’entend bien… Tu me plais… En fait mon mec n’a plus envie de moi, alors je dois faire sans lui. Il nous reste de la tendresse, mais je ressens pas mal de désir encore pour le sexe…- Tu as des amants ?- Pas vraiment, mais je vis les occasions, sans trop provoquer, car j’ai peur de moi…- Je comprends…- J’aimerais te rejoindre une nuit, j’ai des médicaments, il dort jusqu’au matin…- Oh ? Tu veux que je partage mon mari ?- On pourrait amener la parité avec un mec du camping et se faire une soirée à 4…- Pas mal… Oui… Tu connais un étalon ? Paul assure tu sais, il est encore viril à la soixantaine… Oh, c’est plus un démon, mais il compense par sa connaissance de la femme….- Miam !… Je sens le désir dans mon vagin, il coule… Tu sais parler de sexe toi… Oh, j’ai envie de m’éclater avec toi… Viens, on va à l’Agora, une salle Wifi, les mecs sont là, ils draguent, ils sont chauds, ils se connectent et regardent des vidéos sans les enfants ni les femmes…- Quand ?- On s’habille, on va au magasin, je vous fais un barbecue, puis oh ! Il y a le bal de la semaine, on peut y aller avant aussi, Paul est bel homme, les chiennes s’y lâchent le soir, ça baise de partout… J’en ai rêvé… Mais seule…- Elle passe une robe de plage sans culotte et nous sortons comme deux copines….Dans l’Agora, on fait semblant de se connecter et de communiquer… Je regarde l’assemblée. De tout, et nous sommes les seules à part quelques gamines…On nous vise, nous reluque, nous sourit… Grand sourire et on sort vers le magasin…Quelques achats, on retourne vers le mobile-home. On met nos hommes au courant de nos projets… Je prends Paul à part pour qu’il s’occupe des boissons, je le mets au courant de nos ébats, de ses projets… Il me sourit…- Une parenthèse, une récréation ?- Oui… Pour aider ma nouvelle amie… Elle est belle et a du tempérament, tu vas te régaler, je l’ai appréciée tu sais, un volcan, il ne la touche plus…- Mais toi ? Lui c’est une épave…- Elle a un projet, me réserve la primeur d’un compagnon… Il y a le bal aussi, assez chaud selon elle. Nous verrons… On commence par le barbecue, puis le bal. Ne fais rien devant lui avec elle… Elle s’en chargera après le repas…Bon, bonne soirée en perspective… Je souris à Régina, Paul la regarde différemment, sa robe de plage est affolante, elle lui sourit… Marcus a le regard fixe de l’ivrogne…Le repas est super, Marcus a récupéré, mais a remis du carburant et s’est éteint. Je surprends une main baladeuse de Paul sur la croupe de Régina dans la cuisine…La seconde fois qu’il l’aide, va t ’il attendre ? Tandis que je mets de l’ordre sur la table extérieure, et que je m’assieds au frais quelques instants face à la porte, je les vois changer de position, elle lui taille une pipe de première, je les entends d’ici, surveillant Marcus bien parti dans ses rêves…Je me lève et les rejoints…- Je n’ai pas pu attendre…- Moi non plus, volcan tu avais dit ?- Prends-moi Paul, vite fait…Marcus se met à ronfler…Elle est nue en deux secondes, écartelée sur la couchette, la vulve rougie de désir ou de son fait en le gâtant gentiment… Il la pénètre d’ailleurs sans préliminaires, ils ont bien eut lieu avant dans la cuisine… S

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yayımlayan

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir